Jean de France, duc de Berry, comte de Poitou

Dessiné par Carole, Collectif du Quartier Médiéval d'azur semé de fleurs de lys d'or, à la bordure engrelée de gueules Dessiné par Carole, Collectif du Quartier Médiéval
Jean de France (30 novembre 1340 - 15 juin 1416), duc de Berry et comte du Poitou , était le frère du roi Charles V et l'oncle du roi Charles VI.
Il a reçu en apanage le Poitou (en 1357), puis le Berry et l'Auvergne. Il est le fils de Jean II le bon, roi de France qui fut fait prisonnier lors de la bataille de Nouaillé- Maupertuis.

C'est à Jean de Berry, aidé de Du Guesclin, que l'on doit la reconquête du Poitou pendant la Guerre de Cent Ans.
En 1390, en secondes noces, Jean de Berry prend pour  épouse Jeanne II, comtesse d'Auvergne et comtesse de Boulogne. Les armoiries des époux sont dessinées sur la première page du contrat de mariage:

      
1 Première page du contrat de mariage .
2 Les armoiries de Jeanne de Boulogne mariée au duc de Berry :
parti au 1 d'azur aux fleurs de lys d'or à la bordure engrelée de gueules,
au 2 d'or au gonfanon de gueules frangé de sinople.


A Poitiers, le palais des Comtes du Poitou et Ducs d'Aquitaine se dresse dès l'époque carolingienne, en plein cœur du centre ville de Poitiers sur des vestiges romains. Début XIIème siècle, Guillaume "le Troubadour" reconstruit le palais et érige la Tour Maubergeon. Sa petite fille Aliénor d'Aquitaine,quand à elle, fait bâtir la grande salle d'apparat à la fin du XIIème siècle. Le palais en partie détruit lors de la guerre de Cent ans, est restauré par  Jean de Berry : il modifie la Tour Maubergeon
La grande salle d'apparat de 47m sur 17m est de style gothique angevin dit Plantagenêt. La particularité de cette salle, c'est la majestueuse cheminée ornementée qui occupe toute la largeur de la façade méridionale. Ces trois cheminées monumentales surmontées d'une tribune de  style gothique flamboyant font partie des aménagements de la fin du XIVème siècle voulus par le Duc Jean de Berry.


  Les cheminées sont surmontées, de gauche à droite:
des armes du duc de Berry, les armes de France, et les armes de Jeanne de Boulogne duchesse de Berry.


A Bourges, dans l'abside de la cathédrale Saint-Etienne , on retrouve les priants du couple figurés ici avec leurs armoiries:

              

Les priants sont conçus vers 1405 pour la Sainte-Chapelle de Bourges: face au duc Jean, Jeanne II comtesse d’Auvergne et comtesse de Boulogne,  sa seconde épouse depuis 1390. La Sainte-Chapelle détruite, les priants sont installés à la cathédrale de Bourges... mais Jeanne de Boulogne perd la tête et ses armoiries dans les excès de la passion  révolutionnaire de la fin du XVIII ième siècle.
En 1844, c’est au sculpteur Jules Dumoutet (1815-1880) que l’on confie le soin de recomposer le corps. Il s’inspire d’un autre couple de priants, déjà existants : le duc Jean de  Berry et sa première épouse Jeanne d’Armagnac (épousée en 1360 et morte en 1388). Il y a erreur sur la personne et sur les armoiries
Vers 1880,  à partir d' un dessin d'Hans Holbein le Jeune, un visiteur suspecte l'erreur. Il se fonde sur une sanguine, croquis réalisé lors du passage à Bourges de Holbein dans les années 1420-1425. Sur ce dessin, le duc Jean, bien identifié,  est accompagné de... Jeanne de Boulogne ( seconde épouse).  C’est en 1917, à partir du croquis de Hans Holbein, que l’on décide de rendre sa tête à Jeanne de Boulogne et de lui restituer ses armoiries. 
Rédigé par José Dailly