Dunois

                        
d’Orléans à la barre d’argentd’Orléans à la barre de sable.
Armoiries dessinées par José
Les armes d’une famille sont héréditaires, mais seul l’aîné masculin, le « chef d’armes » peut prendre les mêmes armes que son père, quand celui-ci est décédé; les autres frères doivent modifier leurs armes, c’est ce qu’on appelle la brisure.
Les armes de Jean de Dunois en sont la parfaite illustration :
  • Les trois fleurs de lys sur champ d’azur sont les armes de la famille royale depuis les années 1375.
  •  Louis d’Orléans, était le fils cadet du roi Charles V : afin de le distinguer de son aîné, son blason est brisé par un lambel d’argent: "d'azur aux trois fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel d'argent "
  • Jean d'Orléans étant fils illégitime de Louis d’Orléans, ses armes portent le signe de cette bâtardise qu’est la barre. Initialement la barre du « bâtard d’Orléans » est de sable, elle sera changée et ses armes seront:
    "d'azur aux trois fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel d'argent et d'une barre d'argent brochant sur le tout"
    .
Lorsque Jean d'Orléans sera fait comte de Dunois et comte de Longuevile, il fera changer la couleur de la barre qui sera alors d’argent. Né le 18 avril 1403, Jean, Bâtard d'Orléans, est le fils naturel de Louis, duc d'Orléans. En 1422, il épouse Marie, fille de Jean Louvet, président du Parlement de Provence et l'un des favoris du dauphin. En 1440, il se remarie avec Marie d'Harcourt (1420-1484). Le couple aura quatre enfants, dont le deuxième, François (1447-1491), sera la souche des comtes puis ducs de Longueville.

   Dunois est nommé lieutenant-général du duc d'Orléans pendant la captivité de celui-ci, étant le seul représentant mâle de la famille sur le territoire français. Pour Jeanne d'Arc, Jean d'Orléans était simplement le "Bâtard". Il faut dire que celui-ci arborait à l'époque ce surnom fièrement, comme une bannière ; c'était son titre de gloire, plus que ses comtés de Mortain et de Porcien. Il était le Bâtard avec un B majuscule comme le P de la Pucelle.Le Bâtard d'Orléans avait levé le 5 septembre 1427 le siège de la ville de Montargis. L'année suivante, c'est donc tout naturellement qu'il fut chargé de la défense d'Orléans où il arriva le 25 octobre 1428. Il accueillit Jeanne d'Arc devant Orléans, le 29 avril 1429. Il sera ensuite de tous les combats au côté de la Pucelle qu'il accompagnera jusqu'à Paris.

  Les représentations de l’époque réduiront la taille du lambel et de la barre pour mieux faire apparaître le symbole royal des fleurs de lys dans les armoiries:

     
1 :Jean de Dunois en prière devant la Vierge, Heures de Dunois (détail), Londres, British Library, vers 1436.
2 :Les Heures de Dunois, livre d'heures à l'usage de Paris, enluminé en France vers 1436-1450 .

 « Par la suite les descendants de Dunois allaient obtenir une faveur, eu égards aux glorieux services rendus au royaume : la barre fut remplacée par la bande, ce qui plaça les descendants sur le même pied d’égalité que les représentants légitimes de la famille royale » Ci-dessous, les armes de François d’Orléans-Longueville.
 Pour réduire la survivance de cette expression de la bâtardise, la bande d’argent sera remplacée plus tard par un bâton d’argent péri en bande.


                                          


Rédigé par José Dailly