Louis d'Amboise

Armoiries dessinées par Victorine, école Saint Joseph écartelé, aux 1 et 4 palé d'or et de gueules de six pièces ( seigneurie d'Amboise ), aux 2 et 3 d'or semé de fleurs de lys d'azur, au franc quartier de gueules ( Vicomte de Thouars ). Armoiries dessinées par Victorine, école Saint Joseph
L'écartelé dans les armoiries permet de réunir plusieurs familles ou plusieurs seigneuries dans un même blason.

En 1373, Pierre II d'Amboise hérite de sa mère la vicomté de Thouars. Il écartèle alors ses armes ( d'Amboise ) à celles de Thouars.

 À la mort de  Pierre II d'Amboise, Louis d'Amboise , son neveu,  devient vicomte de Thouars. Il participe à la guerre de Cent Ans aux côtés du connétable Arthur de Richemont. Dès le 24 janvier 1429, il est présent à Orléans où il participe à toutes les actions pour faire libérer la ville assiégée. Il participera avec Jeanne d'arc aux assauts qui décourageront les anglais. La seigneurie d'Amboise était sous la suzeraineté directe du roi de France. La vicomté de Thouars représentait le plus grand fief du Poitou, le titulaire s'intitulait d'ailleurs « vicomte par la grâce de Dieu ». Il était prince de Talmont, Mauléon et Marans, comte de Guînes et de Bénon, vicomte de Thouars, seigneur d'Amboise, de Bléré, de Montrichard, Rochecorbon, Berrie, Leugny, Château-Gontier, Civray, de l'Île de Ré et autres lieux.
Immensément riche, Louis d'Amboise provoqua la jalousie et les convoitises des rois de France Charles VII et Louis XI.
 Rien que la vicomté de Thouars, comptait, à elle seule, plus de 3 000 vassaux. C'était la plus importante vicomté du royaume et ses revenus étaient considérables. Elle comportait vingt baronnies dont les plus importantes étaient : Bressuire, Argenton-les-Vallées, Argenton-l'Eglise, Mortagne-sur-Sèvre, Tiffauges, Pouzauges, La Garnache, Beauvoir-sur-Mer, Île de Noirmoutier... plus une trentaine de châtellenies, une vingtaine d'abbayes, telles que : Saint-Laon-de Thouars, la Grainetière, Orbestrier, Saint-Michel, Angles, ainsi que les terres d'Olonne, de La Chaume, et plusieurs autres domaines considérables.
 Louis d'Amboise est un allié de Arthur de Richemont. Arthur de Richemont avait malheureusement favorisé Georges de la Trémoille auprès du roi et il se trouvait maintenant évincé par ce nouveau venu et exilé sur ses terres de Gâtine à Parthenay. Vers la fin de 1428 Louis d'Amboise, André de Beaumont, seigneur de Lezay, et Antoine de Vivonne montent un complot pour s'emparer de la Trémoille au cours d'une partie de chasse et de le tuer. Louis d'Amboise devait ensuite s'assurer de la personne de Charles VII et renouveler le conseil royal en plaçant Arthur de Richemont qui supervisait l'ensemble du complot. Une embuscade fut mise en place au début de l'année 1429 mais la tentative échoua. Le conseil royal accorda une amnistie aux conjurés. La conspiration est renouvelée un an plus tard.
 Mais là, le complot est dénoncé au roi le jour même où les conjurés devaient agir. Le roi fit arrêter immédiatement les trois comploteurs et donna l'ordre d'instruire leur procès à Poitiers en mai 1431. Dans le même temps Jeanne d'Arc était condamnée à Rouen. Après l'arrêt du parlement de Poitiers du 8 mai 1431 condamnant à mort les trois comploteurs, les deux complices de Louis d'Amboise furent décapités.
 La peine de Louis d'Amboise fut commuée en en prison perpétuelle avec confiscation des biens. Arthur de Richemont fut sanctionné également puisque le roi fit fermer l'atelier monétaire de Parthenay en mai 1431.
 Il est remarquable que ces procès eurent lieu au moment où Jeanne d'Arc était elle-même condamnée à Rouen. Quelques années plus tard Le cousin de Louis, Pierre d'Amboise, seigneur de Chaumont, accompagné des sires de Bueil, de Coëtivy et des quatorze principaux barons du royaume, entrèrent alors secrètement, pendant la nuit, dans le château de Chinon où se trouvaient le roi Charles VII et son favori Georges Ier de La Trémoille. Ils s'emparèrent de ce dernier et l'enfermèrent au château de Montrésor, d'où il ne sortit que contre rançon et avec la promesse de faire libérer Louis d'Amboise, ce qui fut fait en 1434. Il fut réhabilité en 1437.
Toutefois sa vie dissolue et la violence qu’il exerce sur ses épouses successives le discréditent. Avec l’habileté de Louis Tyndo, le roi Louis XI parvient à destituer Louis d’Amboise au profit de la Couronne de France en 1461.

Louis d’Amboise meurt le 28 février 1470 au château de Thouars et est enterré dans l’église Saint-Laon de Thouars. Un relevé de Gaignières permet d’avoir un aperçu précis de son tombeau. Avec lui s’éteignit la branche aînée de la famille d’Amboise.

Il faut noter l'inversion des couleurs entre le blason de la vicomté de Thouars et le blason de la ville de Thouars qui est d'azur semé de fleurs de lys d'or au franc quartier de gueules .
Rédigé par José Dailly