Vos commentaires sont les bienvenus. et si vous souhaitez compléter ou rédiger un article, merci de nous laisser un message.


 
Avatar de l'auteur - Michel Nassiet  a dit :

Bonjour, Je vous adresse mes félicitations pour votre site et l'étude héraldique que vous avez faite sur l'église de Gourgé! J'ai deux questions. Quelle est la preuve que c'est Philippe de Commynes qui a commandé ces peintures? Pourriez-vous proposer une date approximative pour ces peintures dans leur état actuel ? Très cordialement, Michel Nassiet

Répondre
 
Avatar de l'auteur - José Dailly  a dit :

Merci de vos encouragements.
Dans les brochures publiées par l'association le Parvis de Poitiers, la dernière "mise en peinture" du décor héraldique date de 1868-1870, dates au cours desquelles une restauration importante de l'église avait été entreprise. Sans certitude, la rénovation a consisté à repeindre un décor plus ancien dont l'origine est attribuée à Philippe de Commynes.

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Laetitia  a dit :

Bonjour,
pour les galettes des rois, c'est une bonne idée de faire les fèves en armoiries des seigneurs de Gâtine.
je n'arrive pas à télécharger, le documents explicatif ( sur votre page Nos ateliers )pouvez vous me l'envoyer.
Merci

Répondre
 
Avatar de l'auteur - José Dailly  a dit :

Bonjour Laetitia,

nous avons corrigé le lien, le document peut-être téléchargé. Nous vous envoyons également le document par mail.

José

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Anne  a dit :

Je passe en voiture régulièrement par Gourgé. Je vous félicite pour le décor de blasons que vous y avez mis en place. Cela met de la couleur. J'ai reconnu quelques blasons et je reviendrai en prenant le temps de visiter. Sur le site , je vois que ces blasons sont liés à l'histoire de Gourgé. C'est une très belle initiative. Bravo à l'équipe des bénévoles.

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Philippe de Fleury  a dit :

Bravo et merci pour votre site tellement flamboyant .Le plus intéressant, c'est la participation de jeunes et de tout jeunes à l'art héraldique et que les rues soient par eux pavoisées de blasons. Moi je suis tombé dans l'héraldique il y a 75 ans !! depuis que mon père m'a offert "la méthode du blason" du R.P.Ménestrier !!
Ma famille est du Poitou mais plutôt du côté de Couhé dont les seigneurs étaient nos suzerains (Mortemart, la Rochefoucauld, St George de Vérac), mais je me sent un peu "pays" avec ceux de la Gâtine car mon ancêtre Hugues Floury a épousé en 1504 Isabeau de Parthenay-Lusignan.
Nos armoiries ont évolué avec le temps depuis le "d'azur à l'aigle éployé d'or, becqué, membré et lampassé de gueules" indiqué par le sieur Mervache de Poitiers (qui connais cet héraldiste aujourd'hui ?) dans son armorial de 1506, jusqu'à "l'argent à l'aigle éployée -à deux têtes -de sable" du XIXème, en passant par les "aigles au vol abaissé ou le simple "d'argent éployé de sable" à une tête des Hozier...les blasons changent au gré des modes et du style des dessinateurs; après tout, quand on possède des armoiries on peut en faire ce qu'on veut. Ainsi le pavillon qui flottera sur la péniche que j'habite montrera" une aigle éployée issant d'une champagne ondée ou mer d'azur" car dans ma vie j'ai beaucoup navigué à la voile. Bravo encore pour votre blasonnante activité.A bientôt peut-être. De tout coeur.

Répondre
 
Avatar de l'auteur - José Dailly  a dit :

Merci pour les informations que vous nous avez transmises. La fiche de la famille Fleury est classée dans la rubrique Familles du Poitou.
Cordialement

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Laurent Hablot  a dit :

Cher Monsieur,
Vous avez raison de distinguer les deux actions et je me permets d'intervenir sur ce sujet auquel j'ai consacré mon mémoire d'habilitation à diriger des recherches soutenu à l'Ecole pratique des hautes études en décembre 2015.
Les deux actes sont les plus souvent distincts et il arrive en effet qu'un anoblissement ne soit pas assorti d'une concession d'armoiries - dans le cas notamment où le bénéficiaire possède déjà des armes. En revanche si le nouvel anobli n'a pas d'armoiries, cette concession est quasi systématique même si l'acte n'a hélas pas toujours été conservé. Enfin, il n'est pas rare que des lettres d'armoiries "ennoblissent" un bénéficiaire - même un noble - qui possède déjà des armoiries qui gagnent en noblesse du fait d'être octroyée par le prince ou augmentées par lui (le plus souvent par l'ajout d'un meuble des propres armes du donateur).
Dans le cas de Jeanne d'Arc, la question est complexe. Les deux actes sont distincts : sur cet anoblissement voir O. BOUZY, Jeanne d’Arc, mythes et réalités, Paris, 1999, p. 89. Il n’est toutefois pas impossible que Jeanne d’Arc ait d’abord été anoblie, à titre personnel, durant la période au cours de laquelle lui sont aussi concédées ses armoiries, a priori, en juin 1429, et donc avant les lettres de décembre 1429 qui étendent ce privilège à sa parenté. La "lettre d'armoiries" n'est connue que par une copie du registre de la chambre des monnaies du XVIe siècle (BNF, Ms. Fr. 5524, folio 142, 1552). Pour une analyse de détail du contexte de production de ce texte voir O. BOUZY, Jeanne d’Arc, mythes et réalités, Paris, 1999, p. 89.
Un bel exemple d'un processus complet d'anoblissement et de concession d'armoiries à un certain Jean du Mesnil en 1449 (cas assez rare dans la documentation) a récemment été mis en ligne sur le site des Archives municipales d'Alençon avec Lettres de noblesse du roi, confirmation par le duc d'Alençon et confirmation par le sceau aux causes des nouvelles armoiries (http://cu-alencon.fr/fileadmin/user_upload/VILLE/mes_sorties_mon_temps_libre/archives/livret-archives-version-web-planches-BD.pdf).
J'espère publier prochainement une synthèse de mon habilitation centrée sur les lettres d'armoiries médiévales conservées en France et faire le point sur cette question.
Bien cordialement

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Claude M  a dit :

Bonjour, je note que vous faites, comme beaucoup, l'amalgame entre le brevet d'armoiries, donné en juin 1429, et la lettre d'anoblissement, signé de décembre 1429, soit 6 mois plus tard. C'est important car ces armoiries ont été données à Jeanne la Pucelle, sans autre précision. Pourquoi veut-on absolument lier le brevet et la lettre? Mystère.
Cordialement.

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Hervé Poignand du Fontenioux  a dit :

Bonjour,
Je suis arrivé au hazard sur votre site et je trouve votre initiative très positive.
Félicitation pour le blason des La Court (j'y met un T pour Curtis, meme si les deux orthographies existent). Un vrai défi que ce porc-épic !
Nous portons toujours ce blason qui écartèle celui des Poignand.

Une Poignand célèbre : Beryl Poignand descendante des Poignand de Parthenay émigrés lors de la révocation de l'édit de Nantes : demoiselle de compagnie dans sa jeunesse de celle que tous connaissent comme Queen Mother, mère d'Elisabeth II.

Bravo à vous.

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Pierre  a dit :

Vos écus ont égayé la rue de La Vau St Jacques . Merci .

Parmi vos projets, est-il possible d'éditer un opuscule résumant toutes les armoiries avec leurs commentaires comme sur les panneaux explicatifs du quartier St Jacques ?

Répondre
 
Avatar de l'auteur - José  a dit :

Bonjour Pierre.

notre prochain projet est de renouveler l'atelier avec les classes de 6° et 5° ( encore une vingtaine d'écus armoriés. Puis de compléter les fiches sur le site. Par la suite pourquoi pas un recueil avec toutes fiches...
Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Phil  a dit :

Un peu de couleurs dans la rue médiévale c'est sympa

Répondre
 
Avatar de l'auteur - Jean-Paul  a dit :

Les descendants des familles de Gâtine qui résident toujours en Gâtine vous ont-elles contactés après avoir vu le site, pour compléter les fiches?

Répondre
 
Avatar de l'auteur - José  a dit :

Chacun peut participer à la rédaction des fiches. Il suffit de nous contacter, des personnes l'ont déjà fait.

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot 9yg3l8 ?